Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blanchard (impasse et rue Jean-Pierre)

Blanchard (impasse et rue Jean-Pierre) - A l’origine simple chemin de passage, appelé impasse Notre-Dame, ou rue Maniban en 1867 passés dans le domaine public en octobre 1936, avec le nom de François Blanchard. Prolongée jusqu'à la rue du Gorp en 1965. Elle prend le nom de jean-Pierer Blanchard en décembre 1994, autre prénom de jean-Pierre, François Blanchard.

Jean-Pierre BLANCHARD(1) (2), aéronaute né au Petit Andely dans l'Eure, le 4 juillet 1753, mourut en 1809 à Paris , des suites d'un AVC conséquence d'une chute de ballon qu'il fit l'année précédente à La Haye. Il est l'inventeur du parachute. A seize ans, il avait confectionné une voiture mécanique, avec laquelle il effectua le voyage des Andelys à Rouen, En 1779, à vingt-six ans, il construisit une machine hydraulique pour faire monter l'eau de la Seine jusqu'à la hauteur du Château-Gaillard, le tuyau mesurait 400 pieds (133 mètres).

Le , Blanchard et son ami et mécène américain John Jeffries  traversent la Manche de Douvres à Guînes en 2 heures 25 minutes, à bord d’un ballon gonflé à l’hydrogène. Après avoir effectué environ un tiers de la traversée, leur vaisseau se met à descendre. Après que les deux aérostiers ont jeté par-dessus bord tout ce dont ils disposent, le ballon reprend de l’altitude jusqu’aux deux tiers lorsqu'il se remet à descendre. Blanchard et Jeffries doivent, cette fois, jeter non seulement l’ancre et les cordages, mais également se déshabiller et jeter par-dessus bord une partie de leurs vêtements. La reprise d’altitude du ballon leur évite d’utiliser leur dernière ressource, qui serait de couper la nacelle. Alors qu’ils approchent du rivage, l’aérostat s’élève, décrivant un magnifique arc au-dessus de la terre avant d’aller se poser en forêt de Guînes, près de Calais.

Cet exploit a un retentissement dans toute l'Europe et Blanchard se rend dans de nombreux pays pour effectuer des démonstrations de vol en ballon, ainsi que des essais en parachute avec des animaux.

Sa femme, Sophie ARMANT, périt dans l'explosion de son ballon à bord duquel elle tirait un feu d'artifice, à Paris, en 1819 lors de sa 67éme ascension.

Mariban (rue) - Sur certains plans (vers 1935) voie tracée de la rue Notre-Dame à la rue du Gorp est dénommée rue Mariban, probablement pour Maniban.

Plus d'information sur Jean-pierre et Sophie Blanchard ici

 

Retour à la liste des rues

 

 

Léon Coutil, « Jean-Pierre Blanchard (1753-1809), biographie, iconographie », in Recueil de la Société d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres du département de l'Eure - BNF Gallica

"Jean Pierre et Sophie BLANCHARD, Une vie en ballon" de Benoît et Aude Blanchard, descendants de jean-Pierre Blanchard - auto édition - 2008

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article