Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gestion privée de l’eau: à qui profite le prix?

Toulouse-Métropole a lancé cet été les études et des consultations pour la gestion de l’eau à partir de 2020 pour les 37 communes qui lui en ont transféré la gestion. C’est un sujet grave qui influe sur la santé et le budget des citoyens pour des dizaines d’années. La gestion publique de l’eau est d’abord un choix politique car l’eau est un bien vital trop précieux pour être confié à des intérêts privés.

De plus, dans une ville en pleine croissance, la gestion directe permet à la ville une bien meilleure souplesse pour adapter le réseau d’eau à la densification.

En France, 80 % de l’eau est gérée en Délégation de Service Public (DSP); ce taux très élevé nous paraît dorénavant normal, mais la France est une exception dans l’Europe et dans le monde : même aux États Unis, seulement 20 % de l’eau est géré par le privé, en Suisse 100 % de l’eau est sous régie publique !

De grandes villes comme Grenoble et Montpellier sont récemment repassées de la gestion privée à la gestion publique. La gestion privée de l’eau n’est donc en rien une fatalité, ni un mal nécessaire, ce n’est qu’une facilité pour la municipalité qui décide de déléguer ce service vital au privé.

Il faut savoir que, outre l’allégement des soucis de gestion, l’opérateur privé apporte à la collectivité locale une redevance importante, laquelle devient bien vite un poste important du budget auquel il est bien douloureux de renoncer ; ce montant vient bien des usagers : c’est un impôt déguisé, qui asservit finalement la collectivité locale à son fournisseur.

Sur ce sujet crucial, nos élus ont pris leur décision dans le seul intérêt de la facilité de gestion municipale, lequel s’avère contraire à l’intérêt des usagers qui paient indûment la redevance indirecte à la collectivité locale et les marges de la société privée (estimées à 3 % par la municipalité actuelle, mais à environ 40 % selon une enquête UFC/Que choisir). (Article publié en décembre 2017 dans échos de Rangueil)

C’est maintenant qu’il faut agir auprès de nos élus pour leur rappeler qu’ils sont là pour servir les intérêts de leurs concitoyens-électeurs; le compte à rebours a commencé, l’appel d’offres est en cours.

Venez vous informer et débattre aux

États Généraux de l'Eau

et de l’Assainissement

Samedi 24 mars à Toulouse  de 10h à 19h

à la Bourse du Travail place St Sernin Métro Jeanne d'Arc

Mardi 13 mars à 21 heures sur France 2, Cash Investigation nous emmène dans le monde opaque du business de l’eau. A regarder jusqu'à la fin.

 

Gestion privée de l’eau: à qui profite le prix?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article