Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les projets des candidats pour le devenir du site de l'ancienne prison Saint-Michel

 

Quel avenir pour le site de la prison Saint-Michel ?

La question a été posée aux listes qui avaient annoncé publiquement leur candidature à la mairie de Toulouse avant le 8 janvier 2020 :

Que proposez vous pour le devenir du site de l'ancienne prison Saint-Michel ?

Les listes devaient répondre avant le 15 janvier dans un format imposé (2200 caractères typographiques maximum).
Toutes les listes contactées nous ont répondu. Vous pouvez lire leurs projets ci-dessous par ordre chronologique de réception de leur réponse.
Pour en savoir plus sur le projet d'auditorium à l'ex-prison St Michel, consulter les différents articles sur notre site web

ARCHIPEL CITOYEN : Antoine MAURICE

Nous vous remercions de votre interrogation au sujet du devenir du site de la Prison St Michel qui est à nos yeux hautement symbolique de la politique culturelle et urbanistique que nous envisageons.
L’achat de la prison à l’État n’est toujours pas effectué : il devrait, selon nous, être concrétisé sans attendre sur la base du prix annoncé à l’issue des négociations Etat, Métropole et associations de quartier, qui ont convergé vers un prix de 5,5 millions d’euros sur la base d’un équipement public, d’espaces publics dont une partie en jardin et d’une possibilité (mais pas une obligation) de construction de logements ne pouvant excéder 6400 m2.
La construction d’un auditorium sur ce site est complexe et coûteuse, mais n’est pas une fatalité sauf pour l’actuelle Mairie de Toulouse qui l’avait annoncé, un peu légèrement, comme promesse de campagne en 2014. Le projet au-delà des aléas de sa construction qui ont été sous-estimés se heurte maintenant à un problème de financement. Par ailleurs il ampute « l’étoile », élément majeur du site selon les conservateurs, d’une de ses branches.
Celui-ci, si sa construction s’avère toujours pertinente (ce qui reste à évaluer), pourrait être réalisé plus avantageusement sur des sites moins contraints.
Quant à la prison elle-même, comme l’avait montré il y a une vingtaine d’années l’étude de Richard Edwards « l’artiste et l’ingénieur », elle pourrait devenir un tiers lieu, espace de création et d’expérimentation pluridisciplinaire (artistes, scientifiques, architectes, citoyens) orienté vers la vision de la ville de demain.
Cohérent avec la politique culturelle que nous envisageons, ce projet sera construit en harmonie avec les souhaits des associations et des habitants du quartier qui en seront partie prenante.
L’appropriation et le réaménagement des diverses branches de l’étoile et du site se feraient au fur et à mesure des besoins, étalant ainsi dans le temps les dépenses qui en tout état de cause seront bien inférieure au budget de l’auditorium.
Les expérimentations culturelles actuelles comme « l’escampette » y trouveraient toute leur place et les espaces publics annoncés seraient réalisés sans attendre.
Ce projet d’aménagement du site de la Prison St Michel sera sous peu disponible à la consultation des Toulousaines et des Toulousains sur le site de notre programme participatif que nous vous invitons à visiter.

Antoine MAURICE

Toulouse animaliste : Quentin CHAROY

Bonjour, merci pour votre question concernant le devenir du site de l'ancienne prison de St Michel.
«Toulouse animaliste» souhaite aller dans le sens des habitants du quartier. Nous avons dans notre programme, une mise en place d'un référendum d'initiative citoyenne à l'échelle locale avec un vote décisionnaire des habitants. Nous souhaitons aussi créer plus d'espaces végétalisés dans la ville.
Bien entendu, cet espace sera accessible pour les animaux avec notamment un caniparc et la mise en place de nichoirs et de lieux pour les animaux sauvages.
Pour les travaux, nous mettrons dans le cahier des charges une clause «bien-être animal» pour respecter les animaux sauvages qui auraient pu élire domicile dans cette ancienne prison.
Les logements nous apparaissent comme une bonne idée pour lutter contre l'extension de la ville et la destruction des habitats des animaux.
Nous ne souhaitons pas mettre de programmes à vocation commerciale, mais plutôt des espaces autour de la culture et de l'éthique animale.
L'auditorium peut faire partie de cet espace culturel. Nous réaffirmons que nous mettrons en avant l'intérêt des habitants du quartier et des animaux qui y vivent.

Les candidats et candidates de Toulouse animaliste.

Aimer Toulouse : Jean-Luc MOUDENC

Notre projet Prison Saint-Michel porte sur le concept de «_l’Etoile des Musiques_», tiers-lieu créatif dont l’auditorium serait une des composantes essentielles, au sein d’un projet d’aménagement urbain.
Vous le savez, car j’en ai souvent parlé avec vous, l’ex-prison Saint-Michel est un projet mixte associant la partie aménagement urbain (commerces, logements et autres activités urbaines) et un projet culturel. Au-delà de l’auditorium, l’idée d’ensemble est de créer une cité de la musique rassemblant un grand nombre d’acteurs et d’activités du domaine musical.
Les objectifs tournent autour de 2 axes majeurs_:

  • un projet répondant aux besoins pour la musique classique en général et l’Orchestre National du Capitole en particulier, dans le cadre d’une stratégie «_Métropole des Musiques_» à porter au niveau international,
  • un projet urbain incluant ce projet culturel dans un aménagement d’ensemble du secteur, valorisant le quartier et son patrimoine.

Cette véritable Cité de la musique offrirait_:

  • une salle de concert de 2000 places,
  • une salle de musique de chambre de 200 places,
  • des espaces d’accueil du public_: hall, restaurant et bistrot, salles pédagogiques et d’animation…,
  • des salles de répétitions et de travail,
  • des locaux techniques, stockage et maintenance,
  • des locaux administratifs,
  • un parking souterrain,
  • l’aménagement des accès,
  • le réaménagement des espaces extérieurs en jardin paysager largement ouvert sur le quartier par la Grande rue Saint-Michel.

Nous avons déjà franchi les premières étapes après l’étude de faisabilité et le scenario d’aménagement urbain, la concertation citoyenne, la réhabilitation très avancée du Castelet et, enfin, la création de «_l’Escampette_», petit lieu culturel éphémère dans la prison (septembre/octobre 2019) organisé avec le Comité de quartier, dans un but de valorisation de l’ex-prison et de son histoire, étape importante de préparation du projet.
Aujourd’hui, nous nous attachons à monter le financement de l’auditorium dans le cadre d’une Cité de la Musique. Une concertation institutionnelle entre l’Etat-DRAC, la Région, le Département et la Métropole est engagée, dont l’aboutissement permettrait d’ouvrir la voie à l’acquisition au prix de 5,5M d’euros. Je le répète, il est absolument indispensable d’inclure le conditionnement de l’acquisition de l’ex-prison Saint-Michel à des engagements financiers pour que le projet culturel lui-même voie le jour grâce à un partenariat entre les quatre institutions publiques citées.
Nous avançons pas à pas, sereinement et avec méthode_; vous pouvez compter sur ma détermination indéfectible.

Jean-Luc MOUDENC

 

POUR LA COHÉSION ! L'autre choix  : Pierre COHEN

Vous souhaitez connaître notre position sur le devenir de la prison St Michel et nous vous en remercions. Ce site historique et emblématique est pour nous au cœur de l’évolution plus large du quartier du Busca et de St Michel.
Pour mémoire l’État a souhaité vendre en 2011 à la Ville de Toulouse cette prison pour un montant de 11,2 millions d’euros.
Notre majorité municipale de l’époque (2008/2014) a alors jugé abusif ce prix de vente compte tenu des prix du marché. Nous avions néanmoins réussi à acquérir le Castelet pour un euro symbolique afin d’y intégrer un projet sur la mémoire qui n’est, à ce jour, toujours pas terminé.
Aujourd’hui, l’Etat ayant ramené le prix de vente à 5,5 millions, il nous semble impératif que la puissance publique, par la maîtrise du foncier, et pour ce terrain stratégique, soit maître des futurs projets. Il convient donc sans attendre de se porter acquéreur.
La municipalité actuelle a fait de l’auditorium une promesse de campagne mais force est de constater que le projet tarde à se concrétiser. Nous sommes persuadés de l’importance d’un tel équipement à Toulouse et nous ferons des propositions dans les semaines qui viennent.
Sur le site actuel, il nous semble que trois grandes fonctions peuvent être déclinées :

  • Des espaces naturels et publics de proximité
  • Des logements dont le volume reste à définir mais ne dépassera pas 6400 m2
  • Un espace public à dimension culturelle, associative et sociale qui se construira en réelle collaboration avec votre association et le comité de quartier St Michel.

Nous mettrons en place un dispositif qui permettra d’associer habitants et associations à la co-construction du projet dans un processus démocratique qui sera proposé pour tout projet urbain.
Nous sommes persuadés que ce lieu symbolique peut tisser des liens entre les différents quartiers, les citoyens et les acteurs associatifs et devenir le symbole d’un renouvellement urbain réussi.

Pierre COHEN

 

Toulouse belle et forte : Franck BIASOTTO

Concernant le projet de construction sur le site de l’ancienne Maison d’Arrêt St Michel, nous nous inscrivons totalement dans le projet proposé par le Maire sortant.
Informés de la construction de logements et de la mise en place d’un espace vert, nous considérons ce projet cohérent.
Toutefois, nous nous engageons à revoir l’insertion d’un tel projet en tenant compte de l’environnement immédiat, comme le vis-à-vis ou  la portée d’ombre, afin de garantir aux habitants du quartier une jouissance paisible et sereine.
Concernant plus précisément l’auditorium, nous y sommes également favorables.
Nous pensons, en effet, qu’un tel projet, permettrait de parfaire la centralité du quartier au sein d’un équipement structuré.
Cependant, il nous paraît primordial d’envisager l’auditorium, non pas comme une salle de spectacle, mais comme un véritable lieu de vie artistique et culturel.
Ainsi, l’auditorium serait plutôt envisagé comme un espace de création artistique, de diffusion et de  mutualisation des activités.
Une telle structure doit pouvoir bénéficier au dynamisme du quartier tout en s’y intégrant parfaitement.
Enfin et surtout, un projet d’une telle ampleur ne saurait être décidé sans consulter régulièrement les habitants du quartier, ce que nous nous engageons à faire.

Franck BIASOTTO

Une Nouvelle Energie pour Toulouse : Nadia PELLEFIGUE

La culture doit être un pilier de la politique d’aménagement des quartiers. Le site de l'ancienne prison Saint-Michel est fermé depuis plus de 10 ans. Cette absence d'anticipation sur le devenir d'un lieu aussi emblématique est regrettable. Ce manque de vision prospective n'est pas un cas isolé à Toulouse. D'autres lieux comme La Grave ou Guillaumet (ex CEAT) souffrent de cette absence d'ambition.
Un des axes majeurs de notre projet culturel consiste à accompagner des projets hybrides dans des lieux en devenir ou laissés-pour-compte, dans des sites emblématiques de Toulouse à l’histoire forte et dans des lieux facilement accessibles. Nous saluons l'importance et la qualité du travail d'étude, de concertation et de négociation réalisé par l'Association des riverains conjointement au Comité de Quartier. Nous en reconnaissons et respectons les conclusions, d'autant plus qu'elles correspondent pleinement à nos priorités.
Notre engagement porte donc sur la nécessité d'un achat immédiat de la parcelle auprès de l'Etat, conformément aux conditions convenues pour cette vente, mais indépendamment d'un éventuel bouclage financier du projet d'auditorium du Maire actuel. Cela devrait permettre d'assurer dès à présent la maintenance des bâtiments qui se dégradent et d'engager l'aménagement des espaces verts définis dans le projet de base promu par les riverains. Cela laisserait par ailleurs le temps, le cas échéant, d’envisager une alternative au projet d'auditorium qui pourrait alors prendre la forme d'un lieu hybride, tel qu'évoqué ci-dessus, conçu et construit en partenariat avec les riverains et les acteurs culturels.
C'est la logique de la « fabrique des quartiers » que nous proposons qui permettra aux habitants de se réapproprier la ville et de renforcer le vivre-ensemble si précieux pour notre qualité de vie.
D'autres exemples de métropoles sont inspirantes. A Paris, au travers d'autorisations d'occupation temporaire, la puissance publique a confié à des artistes, des associations et des riverains le soin d'expérimenter comme dans le projet Les Grands Voisins à l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul. Cette confiance entre acteurs publics et privés est une des conditions pour tester de pratiques culturelles et associatives innovantes. Ces préfigurations ouvrent la possibilité à de nouveaux usages et permettent la création de lieux hybrides avec de nouveaux modes de gouvernance et une vraie concertation. Ces initiatives développent des projets dont les composantes culturelles, solidaires et écologiques sont connectées avec la vie du quartier.

Nadia PELLEFIGUE

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article