Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Municipales 2020. Les comités de quartier réclament la création d’arrondissements à Toulouse

 

Actu Toulouse du mardi 28 janvier reprend les thèmes avancés lors de la conférence de presse de l'Union des Comités de Quartier dont Le Busca, notre quartier est membre.

Urbanisme, démocratie locale, gouvernance des quartiers, transports en commun… À moins de deux mois des élections municipales, l’Union des comités de quartier (UCQ) a envoyé, mardi 28 janvier 2020, une série de propositions aux différents candidats à Toulouse. Vous pouvez les lire ici

Un rôle accru des maires de quartier

L’UCQ, qui regroupe diverses associations et comités de quartiers dans la Ville rose et dans la métropole, souhaite une participation citoyenne accrue. « Il faut redynamiser le fonctionnement de la démocratie locale », estime Guillaume Drijard, le président de l’Union des comités de quartier. Cela passe par exemple par l’élaboration d’une charte de la participation citoyenne, une prise en compte plus sérieuse des propositions formulées par les associations et les comités de quartier, mais aussi par un rôle accru des maires de quartier : 

Les maires de quartier n’ont pas de pouvoir. Ils sont pourtant au courant de tout ce qui se passe mais les décisions sont toujours prises par les élus thématiques.

Pour « la création d’arrondissements à Toulouse »

Le président de l’UCR estime par ailleurs : 

La question de la création d’arrondissements à Toulouse devrait se poser. Cela permettrait de dynamiser les discussions à l’échelle des quartiers, d’augmenter le nombre d’élus de proximité à travers les conseilles d’arrondissements, de déterminer clairement les budgets municipaux et les équipements gérés par les arrondissements. 

L’UCQ propose donc la création d’un groupe local de travail, en lien avec les députés, pour examiner la possibilité de la création d’arrondissements dans la quatrième ville de France, comme c’est déjà le cas à Paris, Marseille, ou Lyon. D’autant que la Ville rose se rapproche peu à peu du trio, puisqu’elle était encore en 2019 celle qui gagne le plus d’habitants en France.

Davantage d’équipements publics de proximité

L’union des comités de quartier souhaite souhaite qu’un diagnostic soit réalisé sur les équipements publics existants : 

Les associations de quartier ne comprennent pas que, vu le manque d’équipements sportifs de proximité, certains puissent être abandonnés (piscine d’Ancely) ou qu’il soit prévu des démolitions (petit Palais des sports à Compans Caffarelli) ou des réductions (terrain du TUC sur l’île du Ramier au bénéfice du TFC). De même, des suppressions de bibliothèques (Périgord, Pinel, Roseraie) sont à l’étude. Au contraire, il faudrait créer des équipements publics de proximité supplémentaires. Pour cela, l’anticipation est nécessaire pour préparer les réserves foncières afin d’éviter d’acquérir des terrains au tarif des promoteurs. 

Pour ce faire, l’UCQ propose de faire un bilan partagé des besoins d’équipements publics de proximité en prenant en compte la démographie pour établir une feuille de route à court, moyen et long terme. 

Urbanisme : davantage de concertation 

L’UCQ déplore également une privatisation de l’espace et des services publics à Toulouse. « Sur ces sujets, il faudrait que l’on puisse être systématiquement consultés en amont », estime Guillaume Drijard. L’appel à projets « Dessine Moi Toulouse » est notamment pointé du doigt :

Ces sites ont été choisis sans aucune concertation préalable avec les associations de quartier concernées qui ont été raccrochées par la suite en participant aux jurys de sélection. Mais est-ce au privé de dessiner Toulouse ? N’est-ce pas à la collectivité de fixer de manière concertée ce qu’elle souhaite sur ces sites ?

L’UCQ propose donc une consultation préalable des associations concernées lors d’un projet de cession de propriété des collectivités. De même, l’Union des comités de quartier propose de « systématiser la concertation avant toute opération d’aménagement et a fortiori avant toute traduction réglementaire telles qu’une orientation d’aménagement et de programmation (OAP) dans le PLUi-H (plan d’urbanisme) ».

Transports en commun : pour un RER 

Si l’Union des comités de quartier ne se positionne pas sur le projet de troisième ligne de métro, elle estime en revanche que « développer progressivement une desserte de type RER sur l’étoile ferroviaire pour améliorer les déplacements du quotidien en transports, en commun tout en permettant un développement multi-polaire durable de l’agglomération ».

D’autres propositions ont également été faites en matière d’écologie urbaine, de démocratie locale, ou sur les salles municipales. Les réponses des candidats seront publiées au fur et à mesure sur le site Internet de l’Union des comités de quartier.  

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article