Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Toulouse, une ville polluée

Des habitants en danger

Toulouse fait partie des 28 villes françaises qui dépassent régulièrement les seuils limites de la qualité de l’air (pour Toulouse, le dépassement concerne le dioxyde d’azote NO2). Ainsi dans les quartiers mitoyens du Busca comme à Jules Julien, à Berthelot ou le long du canal, les niveaux de pollution de l’air sont supérieurs plusieurs jours par an aux normes européennes (plus laxistes que celles de l’OMS), selon le rapport très officiel de l’ORAMIP devenu ATMO Occitanie (voir la carte de la pollution au NO2 correspondant aux voies principales de circulation de la métropole).
 
Alors que les autorités sanitaires déconseillent de pratiquer des activités sportives lors d’alerte de pollution ou de sortir pour les personnes fragiles, les citoyens ne sont informés qu’à posteriori.
 
Le comité de quartier de Rangueil avec ses établissements scolaires et équipements sportifs proches du périphérique, alertait les élus depuis des années sur ces dépassements réguliers des normes sans alerte préalable, laissant les enfants et sportifs dans des situations à risques sanitaires. (Voir en bas de page 5, le tableau des valeurs limites selon les polluants).
 
Comme pour la pollution de l’eau en Bretagne pendant plus de 15 ans, les gouvernements successifs semblent plus à l’écoute des lobbys que de la santé des citoyens et font peu d’effort pour appliquer la directive européenne (2008/50/CE) du 21 mai 2008 sur la qualité de l’air.  

Les associations de quartier s’organisent : création du CAPAT (Comité Anti Pollution de l’Agglomération Toulousaine)

Sous l’impulsion du comité de quartier Rangueil, continuellement submergé de dioxyde d’azote et de particules fines issus de la circulation sur le périphérique, une vingtaine d’associations et des citoyens sensibilisés sur la qualité de l’air se réunissent régulièrement depuis un an pour échanger leurs informations sur les situations locales, leur vécu et constituer une véritable expertise à travers des groupes de travail spécialisés, avec un triple objectif :
• Informer la population de l’agglomération toulousaine sur la réalité de la pollution atmosphérique et son impact sur la santé notamment au travers des comités de quartier,
• Agir auprès des pouvoirs publics sur des actions concrètes de réduction de la pollution,
• Soutenir ou lancer si nécessaire des actions en justice pour que soient respectées les normes sur la qualité de l’air.

La pollution atmosphérique :  fléau sanitaire

La pollution atmosphérique dans le monde, en France et à Toulouse en particulier est un véritable fléau pour la santé des populations.
L’opinion publique sait moins que les gaz polluants et les particules fines en suspension dans l’air ont des effets délétères graves sur la santé principalement à proximité directe des principaux axes routiers.  En Europe, les morts prématurées liées à la pollution de l'air sont environ 15 fois plus élevées que les morts dans les accidents de la route.

Pour en savoir plus, sur les conséquences sanitaires de la pollution de l'air liée aux moteurs thermiques, écouter l'émission de France Inter "Grand bien vous fasse" du 17 juin 2019 . Vous  ferez plus attention lors vous utiliserez votre voiture !

A l’origine, la pollution était un problème de pneumologues. Maintenant, elle concerne tous les organes et toutes les spécialités 

"Avec le filtre, les voitures émettent des particules plus nocives. Ces filtres ont un effet contre-productif pour la santé publique." Contre ces nanoparticules  (contrairement aux particules fines PM10 ou PM2,5, de diamètre plus large), nos bronches ne peuvent rien : elles s’infiltrent partout. Elles seraient même capable de passer directement de nos fosses nasales à notre cerveau et seraient susceptibles de causer des maladies neurodégénératives. "A l’origine, la pollution était un problème de pneumologues. Maintenant, elle concerne tous les organes et toutes les spécialités », lire l'article de FranceTV Info

2.800 décès/an  en Occitanie

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et les autorités publiques en France font état de 48 000 décès anticipés par an en France. En Occitanie, on recense 2 800 décès anticipés par an à cause de milliers de pathologies respiratoires (bronchites chroniques, asthme, cancers pulmonaires) ainsi que des maladies cardio-vasculaires et neurologiques.
Un coût total de  plusieurs dizaines de milliards € par an pour la France
Du point de vue de l’impact financier de la pollution de l’air, une commission d’enquête sénatoriale en 2015 estimait le coût total de la pollution entre 68 et 97 milliards d’euros par an pour la France, (donc entre 5,8 et 8,27 milliards d’euros pour la région Occitanie); ces coûts intègrent à la fois les dommages sanitaires de la pollution, mais également ses conséquences sur les bâtiments, les écosystèmes et l’agriculture.

Politiques fortes pour un air pur

Le CAPAT se mobilise pour que des politiques fortes soient mises en place autour de plusieurs axes comme:
• Le développement volontariste des transports en commun correspondant aux réels besoins de mobilité,
• La réalisation dans l’agglomération de circuits pour vélos sans discontinuités dangereuses,
• Un urbanisme réfléchi et engagé mixant logements, équipements scolaires et sportifs et commerces, afin de limiter les déplacements,
 
Il faut mettre fin à l'exonération de taxe sur les carburants utilisés par le transport  maritime et le transport aérien gros consommateurs d'énergie fossile, forte source de pollution de l'air. Et aussi faire payer la pollution liée au transport routier des marchandises pour inciter à produire au plus près des consommateurs. Quant aux automobilistes, déjà fortement taxés en France avec la TIPP, il est préférable de favoriser les transports collectifs pour réduire l'usage de la voiture individuelle.
Nous estimons que les solutions à la réduction de la pollution viendront de la mise en place par les pouvoirs publics de mesures concrètes alternatives à l’automobile à moteur thermique qui demeure le principal contributeur à la pollution.

Une Zone à Faible Émission (ZFE) à Toulouse en 2020 ?

Toulouse métropole organise une large concertation sur plusieurs mois avant la mise en place fin 2020, d'une ZFE (Zone à faible émission) interdite aux véhicules trop polluants afin de réduire la pollution de l'air liée à la circulation automobile.

Note: Le CAPAT présenté page 4, est prêt à accueillir tous ceux et celles qui sont sensibles à cet éminent sujet de santé dans l'agglomération toulousaine_: respirer un air sain à Toulouse, ce devrait être possible !

Nous continuerons ce dossier dans un prochain  numéro du journal

 

 Toulouse, une ville  polluée

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article