Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ex-prison Saint-Michel à Toulouse : un projet d'hôtel de dix étages sur le site

 
La Dépêche du Midi du mardi 15 février 2019 publie un article avec un titre accrocheur annonçant un projet d’hôtel de dix étages sur le site de l’ex-prison St Michel. Le reste de l’article ci dessous, moins affirmatif, résume les grandes lignes du consensus obtenu lors de la concertation entre les représentants de la ville de Toulouse, les associations de quartier et les représentants de l’Etat.

Notre association le Busca notre quartier - Association des riverains de la maison d’Arrêt St Michel et du Busca rappelle que le projet initial autour de l'auditorium prévoyait dans la Grande rue St Michel, la construction de 2 immeubles encadrant le castelet et situés aux coins des rues St Denis et Gorp, une rampe d’accès poids lourds rue du Gorp desservant le sous-sol de l'auditorium, une rampe longeant la rue St Denis d’accès à un garage souterrain, et des zones ouvertes autour du castelet.

La concertation a permis d’aboutir à une répartition satisfaisante des surfaces, avec un espace public ouvert entre l’étoile et le castelet, un espace vert arboré entre les 2 ailes du côté d'une rue du Gorp élargie, un espace vert entre les 2 ailes rue St Denis au dessus du parking souterrain et enfin une seule rampe d’accès au parking souterrain pour les voitures et la logistique de l’auditorium.

L'édification d'un hôtel de luxe de 3500 m² côté rue St Denis a fait l'objet de controverses sur les projets présentés : construction étagée ou tour totem. La décision dépendra des résultats des concours architecturaux. Quels que soient les projets, nous persistons à considérer que reconversion du bâtiment de la gendarmerie place Lafourcade constituerait un choix plus judicieux pour l’hôtel que l'édification d'un bâtiment important dans l'espace très chargé côté rue St Denis.

Concernant la demande de 13.500m² de logements exigés par l’État pour valoriser le site et permettre l'achat par la ville de Toulouse, nous avons dès le départ affirmé que le chiffrage était trop élevé pour cet espace contraint. Il a pu être ramené à 10.000 m².

Lors de la réunion finale du 16 juillet 2018, les représentants de l’Etat, de la Métropole ont souligné la qualité du travail conjointement effectué avec - et grâce - aux deux associations représentant les habitants, le Busca notre quartier - Association des riverains de la maison d’Arrêt St Michel et du Busca et le Comité de quartier St Michel.

Lors de la phase à venir d'élaboration du cahier des charges de ce projet, nos positions - qui sont celles des riverains - seront réaffirmées. Notre association est favorable au projet culturel de cité de la musique avec un auditorium de 2000 places. Cet équipement – avec environ 200 emplois de services et d'artisanat associés - renforcera la vie du quartier et offrira des activités culturelles autour de la musique pour les habitants des quartiers voisins.

Ce projet, qui s'ajoute à celui de la réhabilitation à usage culturel et mémoriel du Castelet, doit créer un cœur du quartier d'une grande qualité architecturale et environnementale. A cet effet, il est acquis que l'élaboration du cahier des charges du projet fera l'objet d'une concertation permanente avec les associations du quartier.

Ce sujet sera abordé lors de notre assemblée générale du 11 février à la salle st Michel. Nous vous enverrons l’ordre du jour très prochainement.

Le Président

Charles MARION

 

Ex-prison Saint-Michel à Toulouse : un projet d'hôtel de dix étages sur le site

La Dépêche du Midi Publié le 14/01/2019 à 17:05,

Trois maires (Douste-Blazy, Cohen et Moudenc), des projets successifs... le dossier de l’ancienne prison Saint-Michel, qui doit accueillir un auditorium et devenir Cité de la Musique, avance, a assuré Jean-Luc Moudenc, la semaine dernière lors de ses vœux à la presse. Mais à son rythme, piano ma non tropo.

La Maison d’arrêt a en effet fermé en janvier 2003, les trente derniers détenus du centre de semi-liberté ont quitté les lieux, vides depuis, en octobre 2009. Il y a presque neuf ans !

Pour le maire de Toulouse, « des discussions ont eu lieu avec l’Orchestre du Capitole pour définir le projet qui doit être valorisé en mettant un programme immobilier comprenant des logements et un hôtel. Des discussions ont eu lieu avec l’Etat, qui reste propriétaire, puis avec le comité de quartier et l’association de riverains.

On est tombés d’accord, fin 2018, sur l’emplacement des immeubles (110 logements, un hôtel), affirme le président de la Métropole. 2019 sera le temps de la concertation publique puis des discussions avec Etat, Région et Département pour le financement du projet culturel », toujours annoncé pour après 2020. Du côté du comité de quartier, Guillaume Drijard, son président, confirme : « En juillet, la sous-préfète au logement a bien validé un projet de valorisation permettant la construction de 10 045 m² mais on attend toujours une réunion publique promise en octobre pour présenter publiquement le projet ». Ce qui est acquis ? L’auditorium prendra place entre les deux branches du fond de l’étoile à cinq branches, supprimant au passage l'une d'entre elles. Le mur d’enceinte de la prison disparaîtra sauf un petit bout de chaque côté du castelet, côté grande-Rue Saint-Michel. Un jardin public prendra place côté rue du Gorp et un espace vert sur dalle avec parking souterrain dessous côté rue Saint-Denis.

2 ou 3 scénarios

Mais deux voire trois scénarios seraient encore sur la table des négociations. L’un avec deux immeubles dans le prolongement des ailes du fond mais qui n’offrirait que 7000 m² de surface. L’autre avec, en plus, une tour en R + 10 pour l’hôtel devant l’ancienne chapelle déjà transformée en salle municipale, à l’angle de la rue Saint-Denis. L’hôtel pourrait aussi n’avoir que 6 étages mais avec une base plus large pour arriver aux 10 000 m². Ces deux dernières hypothèses risquent de ne pas passer auprès des riverains. Reste le prix. L’état fait une offre à 7,5 M€ quand la Ville en proposerait 5,5 M€. Le maire irait-il plus vite que la musique ?

Travaux au castelet dans l’année

Pour Francis Grass, adjoint au maire en charge de la Culture, « le maire et les associations disent la même chose : ils se sont bien mis d’accord sur le principe de valoriser en autorisant la construction d’immeubles et sur le fait de libérer des espaces verts autour de la prison. Mais il n’y a pas de projet dessiné, pour la bonne raison qu’il n’y a pas eu encore de concours d’architectes mais de simples simulations. On a consulté l’architecte des Bâtiments de France qui est d’accord pour que l’auditorium soit édifié en fond de parcelle avec disparition d’une des cinq branches » (côté rue Robespierre-NDLR). « C’est un site contraint, les hauteurs ne sont pas encore déterminées, ni les surfaces. Le prix de vente proposé par l’Etat a été revu à la baisse mais il y a toujours une marge de négociation ».

Pour l’élu toulousain, le projet d’auditorium interviendra après 2020, au cours du prochain mandat municipal, à horizon 2025. En revanche, « pour le castelet, les appels d’offres sont en cours, précise l’adjoint au maire, les travaux devraient commencer d’ici la fin de l’année 2019 pour être terminés début 2020 au plus tard. Il s’agira d’un lieu de mémoire de la guerre 39-45 et de la Résistance mais aussi retraçant l’histoire globale de la prison, depuis sa construction au XIXe siècle à aujourd’hui ».

L’établissement, d’une conception nouvelle à l’époque, a en effet abrité de nombreux résistants parmi lesquels Marcel Langer, qui y a été exécuté, ou André Malraux. Le lieu de mémoire a été conçu en concertation avec les associations concernées, selon Francis Grass.

Le chiffre : 7,5

millions > d'euros. C'est ce que demande l'Etat à la Ville pour acquérir le terrain, en fonction du droit à construire 10 000 m2. La Ville voudrait descendre à 5,50 M€ En 2012, l'Etat réclamait 11 M€ alors que les Domaines avaient initialement estimé le bien à 750 000 €.

Travaux au castelet dans l'année

Pour Francis Grass, adjoint au maire en charge de la Culture, «le maire et les associations disent la même chose : ils se sont bien mis d'accord sur le principe de valoriser en autorisant la construction d'immeubles et sur le fait de libérer des espaces verts autour de la prison. Mais il n'y a pas de projet dessiné, pour la bonne raison qu'il n'y a pas eu encore de concours d'architectes mais de simples simulations. On a consulté l'architecte des Bâtiments de France qui est d'accord pour que l'auditorium soit édifié en fond de parcelle avec disparition d'une des cinq branches» (côté rue Robespierre-NDLR). «C'est un site contraint, les hauteurs ne sont pas encore déterminées, ni les surfaces. Le prix de vente proposé par l'Etat a été revu à la baisse mais il y a toujours une marge de négociation». Pour l'élu toulousain, le projet d'auditorium interviendra après 2020, au cours du prochain mandat municipal, à horizon 2025. En revanche, «pour le castelet, les appels d'offres sont en cours, précise l'adjoint au maire, les travaux devraient commencer d'ici la fin de l'année 2019 pour être terminés début 2020 au plus tard. Il s'agira d'un lieu de mémoire de la guerre 39-45 et de la Résistance mais aussi retraçant l'histoire globale de la prison, depuis sa construction au XIXe siècle à aujourd'hui». L'établissement, d'une conception nouvelle à l'époque, a en effet abrité de nombreux résistants parmi lesquels Marcel Langer, qui y a été exécuté, ou André Malraux. Le lieu de mémoire a été conçu en concertation avec les associations concernées, selon Francis Grass.

PHILIPPE EMERY

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article